Définition des taux de change interne et comment cela nous affecte

Date de publication 08-09-2020.

Définition des taux de change interne et comment cela nous affecte

En ce XXIe siècle mondialisé, de grandes disparités de prix subsistent encore au sein d’une même économie : les taux de change intérieurs.

Définition des taux de change internes

Dans cet article, nous analysons ce qu’ils sont et comment ils nous affectent. Au cours des dernières décennies, le processus de mondialisation économique que le monde a connu, notamment en termes d’internationalisation des processus de production et de libéralisation de la circulation des personnes, des capitaux et des biens, a intensifié l’interdépendance des économies nationales. Toutefois, il subsiste de grandes différences de coût des mêmes produits d’un pays à l’autre, qui ne peuvent s’expliquer exclusivement par la valeur différente de leurs monnaies : il s’agit de taux de change internes.

Ces derniers, définis comme le niveau général des prix et des salaires prévalant dans chaque économie, peuvent varier même entre les pays qui utilisent la même monnaie, et dans certains cas également d’une région à l’autre du même pays.
En conséquence, les taux intérieurs influencent des questions aussi fondamentales pour une économie que le pouvoir d’achat de ses citoyens (il est important de rappeler que le niveau des prix inclut également les salaires, puisque ceux-ci sont le facteur travail), la compétitivité de ses exportations ou sa capacité à attirer les investisseurs étrangers.

Pourquoi les taux de change internes existent-ils ?

Comme nous l’avons vu plus haut, les taux de change internes peuvent varier d’une région à l’autre au sein d’un même pays, mais l’exemple le plus clair de cette disparité est peut-être la zone euro.
Dans ce cas, l’adoption d’une monnaie commune par 19 pays est une expérience qui a peu de précédents dans l’histoire économique, surtout si l’on se rappelle que ses principaux objectifs sont d’assurer la stabilité monétaire et de faciliter l’intégration des économies nationales dans un marché unique régional.
D’un point de vue théorique, on pourrait s’attendre à ce que l’élimination des différentes monnaies nationales résolve les divergences de taux de change, et que dans un marché totalement intégré (en supposant également une information parfaite) les disparités de prix et de salaires tendent à disparaître.

Deuxièmement, si nous analysons la situation particulière des économies où il y a eu convergence (en tenant compte également d’autres facteurs tels que leur proximité géographique), nous constatons également qu’il s’agit de pays présentant un degré élevé d’interdépendance.
Le cas le plus clair de cette dépendance mutuelle est celui de la Belgique et des Pays-Bas, dont la divergence des prix est passée de 3,2 points de pourcentage à seulement 1,1 depuis l’adoption de l’euro, ce qui montre que lorsque deux économies sont totalement intégrées, l’élimination des taux de change externes entraîne une convergence des prix presque complète.

Ce n’est pas le cas des économies les plus périphériques de la zone euro, qui semblent n’avoir connu une certaine convergence qu’au cours des premières années de l’euro, pour se stabiliser par la suite. Ainsi, on observe que le niveau des prix de la Finlande est toujours supérieur de 47 % à celui de la Grèce, et même entre des pays ayant des liens économiques forts comme l’Italie et l’Espagne, il existe des différences notables.
Compte tenu du fait que le degré d’interdépendance entre les économies périphériques est beaucoup plus faible qu’entre les économies centrales, nous pourrions conclure qu’il s’agit là d’un des facteurs qui expliquent l’existence de taux de change internes.

Cette explication est parfaitement conforme à ce que préconise la théorie économique : si deux économies ayant des niveaux de prix différents forment un marché unique (c’est-à-dire la libre circulation des personnes, des capitaux et des biens) et que l’information est parfaite, les agents du marché du pays ayant les prix les plus élevés chercheront à s’approvisionner auprès de l’autre pour réduire leurs coûts de production et augmenter leurs marges bénéficiaires.
De cette façon, le pays dont les prix sont plus bas bénéficiera d’une augmentation des exportations et d’un afflux de capitaux étrangers orientés vers l’investissement. Ces facteurs engendreraient des pressions inflationnistes qui, ajoutées à la tendance déflationniste du pays voisin (qui subirait l’effet inverse, c’est-à-dire.

Toutefois, il convient de noter que l’interdépendance, bien qu’elle soit sans aucun doute un facteur décisif dans la compréhension des taux de change internes, n’est pas non plus une explication suffisante. Si tel était le cas, les prix en Espagne finiraient par égaler ceux de la France, car l’économie espagnole bénéficierait de la délocalisation de la production française et d’une augmentation des exportations vers le pays gaulois.
D’autre part, les preuves empiriques nous indiquent que la divergence des prix n’a pratiquement pas changé depuis 2002, ce qui n’est pas anormal si l’on considère les différences entre les deux pays en matière de valeur ajoutée de leurs économies. En termes simples,

Enfin, nous trouvons un facteur non moins important dans les particularités des économies nationales. En ce sens, l’existence de différences dans le cadre fiscal et la réglementation du travail, ou la mise en œuvre de politiques nationales de prix (qu’elles soient inflationnistes ou de dévaluation interne) peuvent limiter de la même manière la convergence entre des économies interdépendantes et à valeur ajoutée.

Comment les taux de change internes nous affectent-ils ?

L’existence de taux internes (qui, comme nous l’avons dit, ne sont pas seulement nationaux mais aussi régionaux ou locaux) a généralement un fort impact sur les économies des pays. D’une part, elle augmente le pouvoir d’achat relatif des pays ayant des taux élevés, car elle leur permet d’acheter, d’investir ou de faire du tourisme dans les types de taux inférieurs à des prix plus compétitifs. D’autre part, ils peuvent parfois être affectés de manière négative, car leur économie nationale peut faire l’objet d’un certain dumping de la part de fournisseurs étrangers. Au contraire, les pays ayant des taux bas peuvent renforcer leur croissance économique grâce au secteur étranger, mais verront leurs capacités réduites lorsqu’ils se rendront à l’étranger.

En ce sens, il est important de rappeler le rôle différenciateur de la valeur ajoutée, puisque les pays qui ont opté pour cette voie ont réussi à maintenir un meilleur niveau de salaires sans risquer le dumping ou la destruction d’emplois. En revanche, de nombreux pays qui ont opté pour la compétitivité par les coûts ont été contraints de stimuler leurs exportations par des politiques de dévaluation interne, entrant ainsi dans un cercle vicieux qui peut se traduire par une baisse des salaires et du pouvoir d’achat, une épargne et une augmentation de la dette et de la dépendance extérieure. En d’autres termes, les pays qui ont opté pour la compétitivité par les coûts ont été contraints de stimuler leurs exportations par des politiques de dévaluation interne, entrant ainsi dans un cercle vicieux qui peut se traduire par une baisse des salaires et du pouvoir d’achat, une épargne et une augmentation de la dette et de la dépendance extérieure,

En conclusion, nous pouvons dire que les taux de change internes sont déterminés par les trois facteurs mentionnés, et qu’ils peuvent être responsables de graves déséquilibres structurels s’ils sont fixés artificiellement. Toutefois, ils peuvent également ouvrir de grandes perspectives s’ils s’accompagnent de marchés libres et flexibles qui tendent à intégrer les différentes économies dans un marché unique et à réaliser ainsi une convergence des prix.
C’est peut-être là le véritable paradoxe des taux de change intérieurs : contrairement à d’autres facteurs de croissance, les taux intérieurs peuvent être très bénéfiques pour l’économie, mais seulement dans la mesure où ils peuvent disparaître.