Le calendrier des vaccins obligatoires en 2018

calendrier vaccin enfant

Si vous avez des enfants et, notamment, des tout-petits, vous avez certainement entendu parler du nouveau calendrier de vaccinations. Publié en février 2018, ce nouveau calendrier vaccinal introduit de nouvelles obligations pour les enfants nés à compter de janvier 2018. Quelles sont-elles ? Quand faut-il les mettre en œuvre ? On répond à toutes vos questions.

Nouveaux-nés : onze vaccins obligatoires

Le HIB (haemophilus influenzae B), l’hépatite B, le pneumocoque, le méningocoque C, mais aussi la rougeole, les oreillons et la rubéole ont désormais rejoint la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche. Ils sont tous obligatoires alors qu’auparavant certains n’étaient que recommandés.

Pourquoi les autorités ont-elles décidés de rendre tous ces vaccins obligatoires ? Elles ont pris conscience que, malheureusement, certaines maladies, pour lesquelles la vaccination était recommandée et que l’on croyait contrôlées, posaient de plus en plus de problèmes. À ce propos, vous avez certainement entendu parler de la rougeole. Afin de protéger la population, elles ont donc décidé de rendre la vaccination, contre ces maladies, obligatoire.

Sachez que si vous refusez ces vaccinations, votre enfant ne pourra pas être admis en collectivité. Le code de la santé publique prévoit, en effet, qu’il ne soit admis que provisoirement. Vous aurez alors trois mois pour vous mettre en conformité avec les obligations vaccinales. Si vous refusez, il ne pourra pas rester. Cependant, si votre enfant ne peut pas être vacciné pour des raisons de santé, il ne sera pas inquiété.

Premières injections et rappels au cours de la vie

Le premier vaccin obligatoire est celui qui protège contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’hépatite B, le pneumocoque et le HIB. La première injection a lieu à 2 mois et doit être suivie d’une seconde injection à 4 mois et d’une autre à 11 mois. Un rappel est obligatoire à 6 ans et entre 11 et 13 ans, mais il ne concerne que les maladies suivantes : la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche. Ce rappel est à renouveler à 25 ans, à 45 ans, à 65 ans puis tous les 10 ans après pour les trois premières. Sachez que la coqueluche est un peu à part : un rappel est recommandé entre 25 et 39 ans.

À 5 mois, votre enfant reçoit désormais une dose de vaccin contre le méningocoque C. Il faut faire une seconde injection à 12 mois pour qu’il soit couvert toute sa vie. C’est aussi à 12 mois qu’il va recevoir la première injectiondu vaccin qui lutte contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Une seconde injection est ensuite administrée entre 16 et 18 mois. Votre enfant est alors parfaitement protégé contre ces maladies. Aucun rappel n’est nécessaire à l’âge adulte, du moins pour l’instant.

Les cas particuliers

Même si les contre-indications aux vaccins sont rares, elles peuvent exister et elles sont mentionnées sur la notice. La première contre-indication est une allergie grave connue à l’un des composants du vaccin ou un problème d’immunosuppression, qu’il soit lié à une maladie ou à une cause congénitale. Cette contre-indication concerne les vaccins vivants comme le ROR, celui contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. En effet, ces vaccins que l’ont dit vivants ou atténués, contiennent des agents infectieux toujours vivants bien que moins puissants afin de stimuler les défenses immunitaires de la personne à qui on les injecte. Ces agents infectieux peuvent se révéler néfastes chez les personnes dont le système immunitaire est déprimé. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on ne vaccine pas quelqu’un qui présente une fièvre ou une maladie déclarée.

Mise à jour des vaccins disponibles

Il n’existe pas un vaccin par maladie. En général, ils sont regroupés. Le nouveau calendrier vaccinal est alors l’occasion de faire le point sur les produits qui servent à la vaccination. L’infanrix Hexa, l’Hexyon et maintenant le Vaxelis protège votre enfant contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, l’haemophilus influenzae de type B et l’hépatite B. Il vaut mieux conserver le même produit pour les injections et les rappels. Le Rouvax, le vaccin monovalent contre la rougeole, disparait. Les laboratoires lui préfèrent un vaccin trivalent qui protège contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Même le vaccin contre la grippe connait un renouveau. Il existe désormais sous une forme tétravalente.

La santé de votre enfant n’est pas à prendre à la légère et prendre connaissance du nouveau calendrier de vaccination est un bon moyen de la prendre en charge. En suivant ses recommandations, vous vous assurez que votre enfant est protégé contre des maladies épidémiques qui faisaient des ravages auparavant et vous protégez, non seulement votre famille, mais aussi d’autres personnes et, notamment, les personnes qui pour une raison quelconque, ne peuvent pas avoir accès à la vaccination. Pensez-y !