Je vis dans un autre pays de l’Union Européenne, que faire si je tombe malade ?

malade à l'etranger

Bien que similaires en apparence, les statuts d’expatrié et de travailleur détaché sont bien distincts et chacun implique une couverture sociale différente. Découvrez, selon votre situation, ce que vous devez faire en cas de maladie.

Maladie et assurance en Union Européenne

Si votre employeur vous envoie travailler dans un pays étranger en choisissant le régime du détachement, vous accédez à un statut privilégié. En effet, vous avez la possibilité de conserver vos droits à la Sécurité sociale française, ce qui vous permet de bénéficier de soins gratuits tout au long de votre séjour. De prime abord, vous devrez imprimer le formulaire S1 (1) et le transmettre à votre CPAM. Vos droits à l’assurance maladie seront alors transférés vers votre pays d’accueil.

Pour pouvoir prouver vos droits à la Sécurité sociale, il est nécessaire de vous procurer une CEAM (carte européenne d’assurance maladie). Entièrement gratuite, elle s’obtient en formulant une demande à votre CPAM et elle est valable pendant 2 ans (2). Il est conseillé de la demander au minimum 15 jours avant votre départ.

Il y a néanmoins quelques inconvénients à la CEAM : accordée au régime de la Sécurité sociale, elle ne rembourse les soins qu’à hauteur des tarifs français (25 euros environ pour une consultation auprès d’un généraliste (3)). Dans un pays où les consultations sont plus chères, le remboursement n’est donc que partiel. De la même manière, en cas de maladie grave, les frais de rapatriement ne sont pas couverts.

Une alternative existe toutefois pour éviter ces complications. Étant un ressortissant français à l’étranger, vous pouvez opter pour une assurance voyage française, qui vous permettra de combler les lacunes de la CEAM. Les soins et les rapatriements sont entièrement pris en charge en plus d’être encadrés par un service à l’écoute.

Tomber malade en tant que travailleur détaché

Si vous vivez dans une grande ville et que vous ne parlez pas parfaitement la langue du pays, vous rapprocher de l’ambassade ou d’un consulat vous sera utile. Vous pourrez y obtenir de nombreux conseils et même y demander une liste de médecins parlant votre langue. En ayant choisi une assurance adéquate, vous pouvez faire appel au service d’assistance pour y avoir ces mêmes renseignements plus rapidement.

Grâce à votre CEAM, vous serez couvert, au moins partiellement, sur toutes vos consultations. En présentant cette carte à n’importe quel cabinet public, vous n’aurez généralement pas besoin d’avancer les frais médicaux. Dans certains cas plus rares, il arrive que le médecin ne puisse accepter. Pour cette situation, il vous sera demandé d’avancer les frais, et vous aurez la possibilité d’être dédommagé plus tard en remplissant le formulaire S3125 (4) que vous transmettrez à votre CPAM. Il ne faut pas oublier de conserver toutes vos factures, car elles seront requises pour le remboursement de vos soins.

Puisque vous disposez du statut de ressortissant français à l’étranger, vous pouvez aussi consulter notre article “Je pars en vacances dans un pays de l’Union Européenne” pour plus d’informations sur la marche à suivre en cas de maladie.

Je suis expatrié

Lorsque vous vous expatriez, vous perdez habituellement vos droits à la Sécurité sociale française et relevez alors du régime social de votre pays d’accueil. Il est naturel d’être perdu en ce qui concerne les soins mais pas de panique : avec un peu de prévoyance, cette situation ne sera pas un réel problème.

Plusieurs solutions existent pour vous faciliter les choses. Par exemple, il est possible de rester dans le système de la Sécurité sociale, en adhérant à la CFE (caisse des Français à l’étranger). Dans ce cas précis, vous continuez à bénéficier du régime français et il en est de même pour votre famille. Cette couverture reste payante et possède le même statut qu’une assurance privée. Elle vous permettra, en revanche, d’éviter le délai de carence et la perte de trimestres pour votre retraite en France.

Par défaut, vous serez assuré au régime local. Les systèmes de santé varient d’un pays à l’autre, et il va de soi que certains sont très complets tandis que d’autres le sont moins. Dans les pays pauvres notamment, la CFE permet de bénéficier d’une couverture bien plus sure, tandis que dans les pays plus riches, le régime local peut se révéler satisfaisant. Quel que soit votre choix, il est obligatoire de cotiser au régime de votre pays d’expatriation, et ce en plus d’une assurance complémentaire.

Tomber malade quand on est expatrié

Si vous avez adhéré à la CFE, le fonctionnement est très similaire au système français. Vous disposez alors d’une carte qui, à l’instar de la carte vitale, vous permet de vous identifier auprès des cabinets médicaux et des hôpitaux. Il vous suffit de la présenter à la fin d’une consultation pour obtenir le remboursement. La CFE donne l’avantage de pouvoir, en cas d’urgence, faire appel à un service d’assistance et obtenir de l’aide par e-mail ou par téléphone.

Enfin, si le régime local vous convient, la marche à suivre devrait être la même qu’en France. Vous disposez d’une carte ou d’une attestation que vous présentez systématiquement après une consultation ou un séjour à l’hôpital. Par contre, les frais de santé pourraient être plus chers qu’en France, et le seuil de remboursement plus faible.

Selon l’endroit dans lequel vous vous rendez, certains types de soins peuvent être pris en charge car considérés urgents, alors que d’autres ne le sont pas. Il est important de bien se renseigner à l’avance sur les pratiques médicales du pays. C’est aussi à ce moment-là que vous pourrez facilement décider s’il est préférable, d’après votre propre cas, de trouver une assurance complémentaire ou non. Pour vous informer sur les spécificités médicales de chaque pays, vous pouvez consulter le site CLEISS.

Sources :

1 : https://www.cleiss.fr/reglements/s1.html
2 : https://www.cleiss.fr/particuliers/ceam.html
3 : https://www.ameli.fr/medecin/exercice-liberal/facturation-remuneration/tarifs-generalistes/tarifs-metropole
4 : https://www.ameli.fr/sites/default/files/formualires/221/s3125.pdf